TODO lists : bien les formuler

Il existe un tas d’outils pour gérer des todo lists, aussi bien des outils papiers que des applications web et mobiles.

Un truc auquel on ne fait pas assez attention à mon sens est la bonne formulation d’un item. J’ai dû lire cette idée dans le célèbre Getting Things Done, de David Allen.

Par bonne formulation, j’entends la formulation qui permettra de parcourir rapidement sa liste sans qu’un item nous arrête, sans qu’un item nous donne à réfléchir ou nous démotive.

Il s’agit, lors de la formulation d’un item, de toujours écrire quelque chose de très précis, et non quelque chose de vague. Si je dois faire ma vidange, je n’écrirai pas « vidange », mais plutôt « téléphone à Martine pour effectuer ma vidange » (je dois aller chez Martine faire ma vidange car il n’y a pas de trottoir pour surélever ma voiture devant chez moi).

Il peut sembler contre-intuitif de rallonger la formulation des items. Mais à mon sens c’est vraiment le truc à faire. Si en parcourant ma liste je vois écrit « vidange », je vais me dire « oh, fait chier, c’est vrai, il faut que je fasse ma vidange ». Alors que si je vois « téléphoner à Martine pour effectuer vidange », ce qu’il va se passer dans ma tête, ce sera plutôt que je vais me poser la question : « est-ce que je peux le faire maintenant ? » (est-ce qu’il fait beau ? est-ce que Martine est chez elle ?), ce qui est déjà bien plus constructif.

De même, si je dois attendre une certaine date pour envoyer par la poste un courrier1, je ne marquerai pas « envoyer tel truc » mais « poster tel truc », c’est beaucoup plus précis, et j’ai tout de suite en tête une image précise de ce que je dois faire : mettre un timbre sur une enveloppe, indiquer l’adresse, et bouger mes fesses jusqu’au bureau de poste.

Encore un exemple pour la route : je dois changer la batterie de ma voiture, je ne vais pas écrire « batterie », mais plutôt « aller à Carrefour relever prix batteries ». Notez encore une fois que je commence toujours par un verbe d’action à l’infinitif (je le conjuguerais bien à la deuxième personne du pluriel, mais hélas je n’ai pas de domestiques).

  1. je ferai un article au sujet d’un outil dédié à ça

Commenter avec...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading Facebook Comments ...